Histoire des Bredeles

À partir de novembre, tout le monde déguste diverses variétés de bredele, ces petits gâteaux gourmands que vous aimez accompagner d’un bon verre de lait ou de vin chaud. Durant les fêtes de fin d’années particulièrement, vous en consommez et vous en offrez également. Il en existe une grande variété et vous avez certainement vos préférences. Mais savez-vous d’où viennent les bredele ?
origine du bredele


Histoire du bredele

Dans le temps comme dans l’espace, l’origine exacte des bredele n’est pas formellement établie à ce jour. Cependant, il a été retrouvé durant des fouilles le long du Rhin des moules en bois sculpté et en terre cuite ayant très probablement servi à la confection des bredele et datant du XIVe siècle. Par contre, on ne sait pas si ces moules servaient uniquement pour la période allant de Saint Nicolas à Noël, ou pour d’autres grandes occasions également.

Dans tous les cas, de mémoire d’Alsacien, les bredele ont toujours fait partie de la tradition locale. Ils seraient un héritage des traditions des peuples païens (Celtes ou Romains) qui offraient de petits gâteaux similaires à leurs dieux lors de différents rituels.

Des indices ont été également retrouvés dans différents écrits. C’est ainsi que la première mention aux bredele remonte à des textes écrits au XVIe siècle. Il s’agit de l’Anisbrod, le « pain à l’anis ». Ce dernier est très probablement l’ancêtre de l’actuel anisbredele. A l’époque, et jusqu’au XVIII et siècle, on découpait les petits gâteaux à la main. Puis plus tard, sont apparus les moules métalliques et les emportes pièces qui ont popularisé cette friandise et ses innombrables formes.

Pourquoi appelle-t-on ces petits gâteaux « bredeles » ?

Le mot « bredele » vient du mot « Brod » en allemand ancien qui veut dire « pain » ou toute autre cuisson à base de farine cuite au four. Plusieurs transcriptions phonétiques existent, mais celle qui est la plus utilisée aujourd’hui est bien le mot « bredele ».

Ainsi, selon la région, vous retrouverez :
Bredala ou breedala, notamment dans le sud de l’Alsace
– Dans le Bas-Rhin, bredle, breedele, ou encore breedels

Laisser un commentaire